Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

ÉNERGIE CRYSTALLINE

COACHING PLEINE CONSCIENCE

Soins Holistiques et Médecines Alternatives

Mon blog

Blog

view:  full / summary

Comment vivre dans ce monde lorsqu'on est HYPERSENSIBLE ? Et qu'est-ce que la synesthésie ?

Posted on February 21, 2014 at 1:46 PM Comments comments (263)
Aujourd'hui, j'aimerais vous échangez sur le sujet de l'Hypersensibilité et de la Synesthésie.
Saviez-vous qu'il existe que 15% de la société qui sont hypersensible et que 4 % de la population serait synesthète ?
Je pense que les hypersensibles pensent plus du côté du cerveau droit (Créativité) que le côté du cerveau gauche (logique - comme le commun du monde). Bien souvent on se pose des questions en ce demandant si ce n'est pas un sérieux problème dans notre vie. Certes, étant moi-même hypersensible et également synesthète, il y a des moments que je deviens plus vulnérable que d'autres personnes et c'est à se demander si cela ne devient pas un problème. Il y a aussi de grande force d'être hypersensible, si nous apprenons à utiliser nos sens très aigues et développés dans le bon sens pour apporter des changements positifs dans ce monde. Sinon nous vivons en instances de distorsion et à la longue peut nous causés d'énormes douleurs autant physiques, psychiques et émotionnelles. Il faut reconnaitre justement que ce n'est pas un problème, apprendre au fil du temps à naviguer avec cette grande puissance et découvrir la force que nos possédons dans notre Être pour apporter des changements bénéfiques dans ce monde. Avec le temps, nous apprenons à maîtriser cette conscience de tous nos sens plus développés obtenu à notre naissance et pouvoir naviguer dans notre quotidien.
 ARTICLE FORT INTÉRESSANT
 
J'ai lu 2 articles de source différente que j'aimerais vous partagez qui explique plus en détails des comportements et réactions des gens qui sont hypersensibles. Le 2e article exprime la synesthésie : 
Bonne lecture !
 
VOICI LE PREMIER  ARTICLE :
 
Ce monde n’est pas rose et nous en avons tous conscience. Notre vie est faite de « contraste » entre ce que nous appelons le « bien » et le « mal », le « négatif » et le « positif », ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Chaque jour de notre vie, de notre naissance à notre mort, nous utilisons nos 5 sens qui nous procurent soit des sensations agréables, soit désagréables. Toute notre vie est gérée à travers ces 5 sens principaux (même si nous verrons plus bas que d’autres sens peuvent se rajouter). Toutes nos réactions sont basées principalement sur ce que nous voyons, entendons, goûtons, touchons ou sentons. Pour rappel, voici quels sont nos 5 sens :La vue, l’ouïe, le goût, le toucher, et l’odorat.     Lorsque l’on est « hypersensible », cela veut dire que tous nos sens sont exacerbés. Je suis par exemple une vraie hypersensible et je confirme, tout est accentué et ressenti beaucoup plus fort au niveau de mes 5 sens (et même de mon « 6ème » sens dont je parlerai plus bas). J’ai par exemple une vue extrêmement performante (supérieure à ce qui est exigé pour un pilote), je suis très sensible aux odeurs (bonnes comme mauvaises), le bruit m’irrite très vite, je suis très sensible au toucher (j’ai immédiatement des frissons si l’on me touche et je suis très sensible aux massages), je ne supporte pas beaucoup de matières sur ma peau, une trop forte lumière me rend extrêmement inconfortable, je ne supporte pas la sensation de faim, je réagis très vite émotionnellement, et j’ai absolument toutes les caractéristiques de l’hypersensible citées ci-dessous. En clair, l’hypersensible ressent tout, perçoit tout, voit tout, d’une manière beaucoup plus élevée et intense que la plupart des gens. On estime à 15-20% la part de la population qui serait hypersensible.
Les caractéristiques de l’hypersensible
  • Hypersensibilité au bruit (qui agresse ses oreilles trop sensibles, qui l’empêche de se concentrer, de penser).
  • Ne supporte pas la sensation de faim
  • Ne supporte pas les endroits trop peuplés
  • Hypersensibilité aux textiles (ne supporte pas certaines matières sur sa peau, ou les étiquettes des vêtements)
  • Hypersensibilité aux aliments ou textures d’aliments
  • Très réceptif au toucher (sensible aux caresses et massages)
  • Très sensible à la lumière (certaines lumières peuvent vraiment le rendre inconfortable)
  • Indignation contre l’injustice
  • Recherche de sens (cherche à comprendre et expliquer tout)
  • Sentiment d’être aliéné et seul
  • Volonté d’être original, et de ne pas pouvoir ou vouloir entrer dans la norme
  • Profonde aspiration à vouloir apporter quelque chose au monde grâce à sa créativité
  • Vouloir continuellement apprendre de nouvelles choses
  • Les informations nerveuses circulent très vite, ce qui rend l’hypersensible hyper-réactif, il réagit à tous les stimuli, sans vraiment filtrer.
  • Il « voit » tout, « entend » tout, ressent tout, ce qui peut être parfois difficile à gérer
  • Il est envahi par une quantité très importante d’idées, de paroles, d’informations et de perceptions, ce qui est aussi souvent difficile à gérer.
  • Il est sensible aux ambiances. Il peut être perturbé et affecté par tous les conflits, les tensions et les problèmes psychologiques des personnes qui l’entourent, même s’il n’est pas responsable ni concerné.
  • Il est extrêmement empathique : Il a la capacité de se mettre à la place des autres et de ressentir leur souffrance. Il est envahi par les sentiments et les émotions des autres et de lui-même. Il ressent tout très fortement. L’affectif prend beaucoup de place dans sa vie.
  • Intensité émotionnelle : il a facilement les larmes aux yeux, il est « à fleur de peau ».
  • La tristesse, la joie, la colère peuvent prendre chez lui des proportions démesurées. Il peut passer rapidement du rire aux larmes.
  • Colères soudaines pour des raisons qui peuvent paraître « ridicules » pour l’entourage. Mais l’hypersensible est pourtant sincère. Il ressent fortement les choses et son entourage a souvent du mal à comprendre ses débordements (ne percevant pas les mêmes choses que lui).
  • Il a besoin d’amour parce qu’il est sensible, émotif et qu’il vit beaucoup dans l’affectif.
  L’hypersensibilité semble être de naissance et déterminée génétiquement. Vraisemblablement, les hypersensibles ont un système nerveux plus sensible et réagissent aux stimuli internes et externes de manière plus forte que l’individu moyen. Je confirme, on « nait » hypersensible ou non. Personnellement, je sais que je suis comme cela depuis toute petite. Le problème, c’est que l’hypersensible, étant donné que cela ne représente qu’1 à 2 personnes sur 10, se sent souvent très seul et incompris, et pense souvent qu’il a un problème (ou on lui fait croire cela). Or, l’hypersensibilité présente de nombreux avantages et les personnes les plus remarquables dans l’histoire de l’humanité, ont très souvent été justement, des hypersensibles. Hypersensibilité et surefficience mentaleLes hypersensibles le sont souvent à cause d’un autre paramètre : la surefficience mentale. Voici quelques caractéristiques de la surefficience mentale :     - Hyperstimulabilité, hyperesthésie, hypersensibilité, susceptibilité
- Fonctionnement cérébral non linéaire : en arborescence ou par associations
- Curiosité, créativité, imagination débordante
- Capacité à faire plusieurs choses en même temps, persévérance (si l’intérêt le justifie)
- Intérêts très variés, passant facilement d’un domaine à l’autre
- Recherche de la compagnie de personnes plus âgées
- Grand sens de l’humour, mais très particulier, souvent incompris
- Respect des règles bien comprises (« logiques »), mais tendance à questionner l’autorité non fondée
- Perfectionnisme, doublé d’une extrême lucidité, qui entraînent parfois le doute, la peur de l’échec- Le surdoué a un besoin immense d’être aimé, tellement grand qu’il est rarement comblé.- Etre en extase même avec un tout petit quelque chose
- Ne jamais s’ennuyer s’il est seul, comprendre vite
- Expérimenter et beaucoup apprendre
- Avoir une sensibilité aux personnes, une empathie naturelle
- Avoir la possibilité de « jouer » avec la vie
- Avoir des sensations fortes en musique et en art
- Ne pas être impressionné
- Avoir une capacité d’ouverture. Il y a quelques années l’on m’a expliqué que c’était mon cas, et j’ai commencé à comprendre que je n’avais pas un « problème », mais simplement que mon cerveau et mes sens fonctionnaient trop vite. Dans ma tête, c’est un peu comme un ordinateur qui aurait 30 fenêtres ouvertes en même temps, et cela en permanence. La plus grande peine de ma vie, c’est toujours à la fin de chaque journée de n’avoir pas pu réaliser toutes les choses que j’aurais aimé réaliser. (Je créée trop vite par rapport à ma capacité humaine de réalisation). Au delà de nos 5 sens. Nos 5 sens sont les sens « principaux » que nous utilisons pour vivre chaque jour. Mais ce serait diminuer fortement les capacités de l’être humain que de penser que ce sont eux qui nous définissent entièrement, car ils ne constituent finalement que nos sens « corporels ».En effet, nous sommes dotés d’un corps, d’une âme et d’un esprit. Et par conséquent, d’autres sens s’ajoutent aux 5 que nous connaissons tous : les sens « spirituels ».On parle souvent par exemple du « 6ème sens », que l’on associe souvent à l’intuition par exemple. Il y a aussi l’émotion, l’imagination, la conscience et l’inspiration. D’où provient tout cela ? L’on s’aperçoit bien qu’ils ne proviennent pas des 5 sens corporels, ils sont à part, et ceux qui les maîtrisent ont une vie beaucoup plus riche et sereine que ceux qui les ignorent et ne cherchent pas à les développer, continuant à vivre la vie à travers le filtre unique des 5 sens corporels. Comment vivre dans ce monde en tant qu’hypersensible- Comment m’intégrer aux personnes que je fréquente, aux groupes, à la vie sociale ?- Comment acquérir une certaine sérénité et paix intérieure malgré ces nombreuses pensées, images et sensations qui m’habitent en permanence ?- Comment arriver à ne faire qu’une seule chose à la fois sans trop me disperser ?- Comment cesser de penser que j’ai un problème et de vouloir être une personne « normale » ?- Comment vivre sur terre, sans pour autant rejeter le fonctionnement de la société ? Je suis passée par toutes ces questions et voici ce que mon expérience m’a fait comprendre, ainsi que mes conseils : 1) Cesser immédiatement de penser que « nous avons un problème ».L’hypersensible a tous ses sens hyper développés. C’est peut être quelque chose de fatigant parfois, mais de l’autre côté, c’est un ENORME avantage. Voici les avantages que j’ai personnellement trouvé au fait d’être hypersensible :- Grande capacité de compassion pour les autres ce qui fait que les gens aiment se confier à nous et nous font confiance.- Intuitions très développées et vitesse d’analyse et de réflexion hors norme, ce qui fait que nous sommes beaucoup moins propices au fait de nous faire « avoir » par les autres et à nous retrouver dans des situations que nous n’aurions pas vues venir- Créativité et imagination exacerbées, ce qui fait que nous ne nous ennuyons jamais et la vie pour nous est un cocktail de possibilités infinies. Les personnes hypersensibles deviennent souvent de grands artistes, écrivains, créateurs, inventeurs, et visionnaires en tous genre. Leur sensibilité et leur imagination mixées, leur permettent de changer le monde.- Nous sommes des personnes avec un très bon « fond », étant de profonds empathiques, nous ne pouvons faire aux autres ce que nous n’aimerions pas qu’ils nous fassent (comme nous pouvons ressentir la douleur des autres). Nous voulons au contraire aider les plus faibles, et toujours défendre les injustices.- L’on ne s’ennuie pas avec nous, puisque nos émotions ne sont pas toujours les mêmes, nous avons de l’enthousiasme très fort, mais aussi de la tristesse très forte, des colères très fortes, en clair, la routine émotionnelle n’existe pas chez les hypersensibles (couplée à notre imagination débordante)- Nous sommes propices à l’apprentissage permanent, et à la remise en question, ce qui fait que nous sommes des personnes en constante évolution (comparé à ceux qui sont « moins sensibles » mais qui au final restent les mêmes toute leur vie).  2) Se protéger des lieux, personnes et circonstances qui peuvent nous toucher. Connaissant notre hypersensibilité, il est impératif de se protéger. Le monde ne changera pas du jour au lendemain, c’est donc à nous de nous y adapter en sélectionnant avec attention tout ce que nous faisons, les endroits où nous allons, ce que nous regardons et les gens que nous fréquentons. L’hypersensible a besoin d’être dans des environnements positifs, sereins et sains. Il doit éviter les milieux stressants et compétitifs. Il en va de même pour les personnes qu’il fréquente, car il détecte toute mauvaise intention ou émotion négative chez les autres. L’hypersensible a souvent besoin de solitude et n’aime pas être dans les endroits trop peuplés. Il devra donc respecter cela pour se protéger et conserver son bien-être et ce n’est aucunement un acte égoïste mais au contraire un grand acte d’amour propre et de respect de soi. Cela ne veut pas dire que l’hypersensible doit vivre dans une bulle coupée du monde et en ignorer les problèmes. Il doit se connaître assez pour comprendre ce qu’il peut regarder, faire, et qui il peut fréquenter sans devenir ensuite trop déstabilisé par ses émotions. Un exemple : Je suis hypersensible, par conséquent regarder des images de maltraitance animale provoque en moi une telle violence et tristesse que je peux difficilement regarder ces images sans en être bouleversée. Je décide donc de ne pas trop m’exposer à ces images. Mais, de l’autre côté, cela ne veut pas dire que je ne vais rien faire pour que les choses évoluent. Au contraire, j’utilise ce que je ressens comme force, pour un changement positif dans le monde en sensibilisant les autres sur ces sujets et en étant moi-même actrice de ce changement. 3) Utiliser son hypersensibilité comme force Un peu comme dans le point numéro 1, rendez-vous bien compte de la force qu’est votre hypersensibilité. Si vous êtes nés avec ces facultés (oui, ce sont selon des facultés que d’autres n’ont pas), alors, autant les utiliser.  L’hypersensible a besoin de se réaliser (puisqu’il a besoin de sens dans sa vie) donc c’est en s’investissant dans une grande cause, ou dans un travail qui correspondra avec sa passion, et en se concentrant régulièrement sur une activité qui lui plaît (artistique, physique, spirituelle…), qu’il développera sa confiance en lui et qu’il deviendra moins sensible aux critiques. Aujourd’hui je me rend compte par exemple à quel point mon hypersensibilité est une force puisqu’elle me permet de comprendre mes clients à un niveau très élevé, d’être touchée par de nombreuses causes dans le monde et d’avoir ainsi la volonté de faire quelque chose pour que cela évolue. Une personne non sensible ne développera à l’inverse pas l’envie de contribuer à changer les choses qui ne vont pas dans ce monde, ni ne sera apte à aider profondément les autres, étant dépourvue d’empathie.    4) Pratiquer la méditation et toute activité visant à donner plus de sérénité et de paix intérieure. L’hypersensible à besoin de se vider régulièrement la tête, et également de toutes les émotions ingurgitées pendant la journée (les siennes ou celles des autres puisque c’est une éponge). La méditation est un excellent moyen de dissiper tout cela. L’activité physique aussi, la musique, l’art, et pratiquement tout activité qui permet en fait à l’esprit de s’évader et à ne plus penser. Se détacher de l’opinion des autres est aussi un must pour l’hypersensible. Puisque les hypersensibles encore une fois ne constituent que 15 à 20% de la population, nous pouvons parfois nous sentir très seuls. Mais encore une fois, il faut tourner cela comme une force et se rappeler de tous les avantages que notre hypersensibilité présente.   5) Comprendre que rien n’est hasard et que si vous êtes hypersensibles, c’est qu’il y a une raison. Si tout le monde était hypersensible, alors il n’y aurait pas de chirurgiens, de pompiers, de policiers, d’infirmiers…Mais si personne n’était hypersensible alors il n’y aurait pas d’artistes, de révolutionnaires, de chanteurs, d’écrivains, de psychologues, de bénévoles en tous genres, de créateurs de refuges…Il faut de tout pour faire un monde et si vous êtes hypersensibles, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. Il vous suffit d’utiliser cette hypersensibilité pour le bon métier, et d’être entouré des bonnes personnes qui sauront reconnaitre cela en vous comme étant une qualité et l’honorer.  Conclusion Vivre dans ce monde violent, dur, et souvent sans conscience peut être extrêmement difficile pour une personne hypersensible. Plusieurs fois, on peut même se demander ce que l’on fait là, à quoi bon continuer, puisque tout cela n’a pas de sens. Mais dans ce monde, rien n’est hasard. Même si cela peut être difficile à comprendre d’un point de vue « terrestre », à l’échelle de l’univers, tout a sa place, et tout est parfait. Si une personne nait « hypersensible » (au même titre que d’autres caractéristiques qui pourraient le différencier des autres ou lui apporter des challenges supplémentaires), c’est qu’il y a une bonne raison derrière tout cela. Le tout est de trouver laquelle. Qu’est ce qui vous procure le plus de joie dans la vie ? Réfléchissez à vos passions et trouvez comment allier votre sensibilité et votre passion, pour ainsi donner naissance à une activité qui vous donnera votre place dans le monde et vous fera réaliser que tout cela n’était vraiment pas un hasard, que c’était bien votre destinée, et que tout cela était vraiment parfait, pour ce que vous étiez sensés accomplir et apporter à ce monde. Les êtres hypersensibles sont souvent, en plus, des personnes ayant des « missions de vie » plus importantes que d’autres, avec donc des challenges plus conséquents. Apprendre à aimer et à honorer son hypersensibilité est la chose la plus importante, pour enfin pouvoir offrir au monde les choses extraordinaires qu’elle peut nous permettre de créer.
 
VOICI le 2e ARTICLE :
L'hypersensibilité
 
Un petit garçon de 8 ans m'a donné la définition de l'hypersensibilité. La voici :
"Ca veut dire que quand quelqu'un dit quelque chose un tout petit peu pas gentil, ça fait facilement très mal".
 
          Dans le cerveau des surdoués, les informations nerveuses circulent très vite, ce qui le rend hyper-réactif, il réagit à tous les stimuli, sans vraiment filtrer. Il « voit » tout, « entend » tout, ressent tout, ou en tous cas, trop. Cela explique l’hypersensibilité quasi-systématique dont se plaignent les surdoués.

         L’enfant, comme l’adulte surdoué, est sensible à tout. Il entend, voit, comprend, ressent beaucoup de choses. Il est envahi par une quantité trop importante d’idées, de paroles, d’informations et de perceptions. Il est un peu noyé dans tout cela. Cécile BOST, dans son livre « Différence et souffrance de l’adulte surdoué » le décrit très bien.
          Ses sens sont en éveil, presque aux aguets. Il est souvent gêné par le bruit qui agresse ses oreilles trop sensibles, qui l’empêche de se concentrer, de penser. Il peut aussi avoir une sensibilité importante au niveau de la peau. Il ne supporte pas les étiquettes qui grattent, les vêtements qui ne sont pas doux ou qui le serrent, mais il aime les câlins. Il est trop sensible aux odeurs et se plaint des odeurs trop fortes.
          Il est sensible aux ambiances. Il peut être perturbé et affecté par tous les conflits, les tensions et les problèmes psychologiques des personnes qui l’entourent, même s’il n’est pas responsable ni concerné. Il ressent facilement ce que les autres ressentent. Cela peut le mettre mal à l’aise et l’inquiéter. Cette capacité à se mettre à la place des autres et à imaginer ce qu’ils ressentent, à presque ressentir ce qu’ils ressentent s’appelle l’empathie. Cela le fragilise beaucoup parce qu’il est envahi par les sentiments et les émotions des autres et de lui-même. Il ressent tout très fortement. L’affectif prend trop de place dans sa vie.
 
           Comme l’adulte surdoué, l’enfant précoce est émotif. Il a facilement les larmes aux yeux, il est « à fleur de peau ». La tristesse, la joie, la colère peuvent prendre chez lui des proportions démesurées. Il ne maîtrise pas ses émotions. Il passe rapidement du rire aux larmes. Certains se mettent dans des colères terribles pour des raisons qui paraissent ridicules. Ce n’est pas un comédien, il est sincère. Il ressent fortement la joie et ensuite fortement la colère ou le sentiment d’injustice. Son entourage a bien du mal à comprendre ces débordements.

       Certains, pour se protéger de cette fragilité, de cette trop grande émotivité, cherchent à ne plus trop ressentir. Ils se renferment sur eux-mêmes, refusent de voir ce qui se passe autour d’eux, s’obligent à ne pas faire attention. Ils paraissent insensibles. Ils ne sont pas ni insensibles, ni égoïstes. Ils essayent seulement de lutter contre cette empathie qui les fait souffrir. Ils se protègent de ces souffrances et ces émotions angoissantes qu’ils perçoivent autour d’eux. Ils sentent qu’ils ne sont pas assez solides pour partager les soucis des autres. Cela leur fait peur.
         L'hypersensibilité va de pair avec un immense besoin d'être aimé. Le surdoué, enfant comme adulte, a besoin d’amour parce qu’il manque de confiance en lui. Chaque remarque, chaque critique lui confirme qu’il ne vaut rien, qu’on ne l’aime pas. Il a besoin d’amour parce qu’il est anxieux. Il ne se sent pas en sécurité dans ce monde.
         Il a besoin d’amour parce qu’il est sensible, émotif et qu’il vit beaucoup dans l’affectif. L’enfant surdoué n’est pas qu’« une grosse tête intelligente », il accorde aussi une place prédominante à l’affectif. Etre aimé est vital pour lui. C’est souvent le problème central du surdoué, enfant comme adulte : on ne l’aime pas. On ne l’aime pas assez. Ou plutôt, il a besoin qu’on l’aime plus que cela. Le surdoué a un besoin immense d’être aimé, tellement grand qu’il est rarement comblé.
         Hypersensible, émotif et peu sûr de lui, l'enfant surdoué est également anxieux. Il pense beaucoup et tout le temps. Il ne peut pas s’arrêter de penser ou « ne penser à rien ». Certains disent même qu’ils aimeraient trouver un moyen d’arrêter leur tête, de s’empêcher de penser.
      L’enfant surdoué pose et se pose beaucoup de questions. Il cherche à comprendre ce qu'il se passe autour de lui, le pourquoi et le comment. Il s’intéresse à des sujets qui ne sont pas de son âge. Il comprend les choses trop vite mais n’est pas assez fort et mature pour le supporter. Il se prive ainsi de l’insouciance de l’enfance qui permet aux autres enfants de grandir sans trop s’inquiéter, sans trop penser à l’avenir. Lui n’a pas ce sentiment de sécurité. Tout petit, il voit l’être humain tel qu’il est, c'est-à-dire imparfait, égoïste et parfois méchant. Tout petit, il voit le monde tel qu’il est, dangereux et impitoyable. Il perçoit très vite les choses comme un adulte alors qu’il est encore trop jeune pour y faire face, ce qui le désole et le rend anxieux. Il a conscience trop tôt de la dureté de la vie.
         Il s’inquiète, prévoit, anticipe. Il va penser par exemple à ce qu’il deviendrait si ses parents mouraient ou si, plus tard, il ne trouvait pas de travail. Tout petit, il perçoit les fragilités des adultes sur qui il devrait pouvoir compter, en qui il devrait avoir confiance, en premier lieu ses parents. Il est très vite capable de ressentir et de comprendre qu’ils ne sont pas parfaits, solides à toute épreuve et surtout immortels. Il ne peut pas, comme un autre enfant, se sentir vraiment protégé par de tels parents.
      Très jeune enfin, il peut s'intéresser à la question de la mort et en parler fréquemment.
        Tout cela concourt à faire de lui un enfant fragile. Un enfant qui risque de devenir un adulte fragile.
 
 
La synesthésie
         Un synesthète associe involontairement et spontanément des perceptions qui ne devraient pas être liées. C'est une particularité neurologique qui n'est ni pathologique ni exceptionnelle. 4 % de la population serait synesthète, essentiellement les surdoués. Du grec syn (ensemble) et aisthesis (sensation).
        Un synesthète vous dira que le chiffre 2 est vert pomme, le 7 est vert foncé... Un autre pensera à d'autres couleurs. De la même façon, les lettres sont associées à des couleurs, comme les sons, les mots, les jours de la semaine... Quand ils n'ont pas carrément une personnalité, comme c'est le cas pour Daniel Tammet. C'est d'ailleurs sa synesthésie qui est à l'origine du titre de son livre "Je suis né un jour bleu".
      Il existe d'autres synesthésies plus étonnantes et moins courantes. Elles associent des sons ou des musiques à des goûts ressentis dans la bouche. Tout ce qui touche aux cinq sens peut être concerné.
          On peut considérer la synesthésie comme une forme d'hypersensibilité.
          Arthur Rimbaud évoque clairement la synesthésie dans ses oeuvres. Par exemple, dans le poème "Voyelles" :
 
Voyelles
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !
 

Pourquoi avons-nous si peur de jeter nos affaires ?

Posted on September 23, 2012 at 2:57 PM Comments comments (2583)
Bonjour à tous,
 
Aujourd'hui, j'ai lus un article très intéressant que j'aimerais vous partager. Le sujet concerne pourquoi nous avons si peur de jeter nos affaires? Un sujet fort intéressant puisque moi-même j'ai fait face à ce gros sujet ... et en fait, c'est un achemiment que je dois continuellement affrontée puisque c'est toujours une vulnérabilité que je dois continuellement travailler mais j'y arrive à grand pas.
 
Posséder des biens, mais bien les posséder fini par l'inverse de celui d'être possédé par l'objet s'il n'est pas maîtrisé et CONSCIENTISER pour vivre cette relation en liberté, Qui possède qui ou quoi à la fin ? Pourquoi avoir tant de difficulté à se débarasser de ses choses !!!!
Se débarrasser de ces choses peut être difficile pour chacun. Chacun possède ses propres raisons qui dans le temps semblaient bien justifiées mais il arrive un moment dans notre vie qui devient essentiel; cette raison n'est plus un absolu, elle est devenue une béquille par habitude et nous devons faire le GROS MÉNAGE si nous désirons avancer et ne pas être restés coïncé dans le passé ... C'est un travail autant que physique qu'émotionnel et des fois il faut vraiment creuser plus loin en profondeur pour définir la grande cause du manque que nous essayons de couvrir. C'est un grand travail sur soi-même à faire ... mais quelle liberation une fois que c'est fait ! C'est drôlement incroyable après comment nous sommes alléges de cet énorme fardeau qui nous a suivi depuis si longtemps. Seulement mais seulement après avoir fait ce bon travail sur soi que vous pourrez commencer à vivre au moment présent pour enfin définir un tout nouveau futur !
 
 
** * Pour tout ceux qui décideront d'entreprendre cet exercice alors je vous souhaite une excellente LIBÉRATION d'âme et un bon réveil dans le monde du PRÉSENT .
Bonne lecture !

Rss_feed

0